08 mars 2008

54 salariés de Vittel et Contrex attaquent Nestlé pour abus de CDD

Cinquante quatre salariés de Nestlé, ayant accumulé plusieurs centaines de CDD sur les sites de Vittel et Contrexéville (Vosges), ont attaqué vendredi l'entreprise devant le conseil des prud'hommes d'Epinal pour demander leur intégration au groupe.

Certains d'entre eux ont travaillé en contrat à durée déterminée (CDD) pendant douze ans pour le groupe sans obtenir un contrat à durée indéterminée (CDI).

"On demande une requalification des CDD en CDI et une indemnisation pour le préjudice subi. On leur a fait miroiter des embauches pendant des années", a souligné Christophe Hummel, secrétaire CGT Nestlé-Waters, pour qui les plaignants sont des salariés "comme les autres" qui travaillent "toute l'année sur les sites".

Une trentaine de salariés s'est réunie vendredi matin devant le conseil des prud'hommes d'Epinal, où cinq d'entre eux ont déposé les dossiers des plaignants, regroupés en cinq lourds cartons, tandis que leurs collègues chantaient l'Internationale.

Des banderoles "Nestlé, créateur de précarité" ou encore "Avec Nestlé, les CDD sont jetés" étaient plantées devant le bâtiment.

"On n'a le droit à rien. En douze ans, j'ai fait près de 270 CDD pour Waters. A un moment, j'ai travaillé deux ans et demi d'affilée sans prendre de vacances. J'ai aussi fait plein de contrats d'un jour. Et il m'est impossible de faire un prêt. C'est la précarité complète", a estimé Gérard Gillet, 36 ans.

Depuis début 2008, les salariés ne sont en outre plus embauchés en CDD mais en intérim, a dénoncé la CGT. "Je ne travaillerai donc plus pour eux. Avec ce nouveau système, on perd même notre ancienneté", a réagi Gilles Albert, 55 ans, recordman du nombre de CDD avec 328 contrats réalisés en 8 ans.

"En créant un matelas de salariés qui sert de variable d'ajustement permanente, de plan social permanent, la direction a transgressé la loi en toute connaissance de cause", a observé l'avocat des salariés, Me Ralph Blindauer.

            "La tolérance zéro doit aussi être appliquée pour ce genre de délinquance", a-t-il ajouté.

Nestlé-Waters a "pris acte des déclarations faites par certains partenaires sociaux et du fait que certains anciens salariés du groupe ont demandé une requalification" de leur contrat, a répondu un porte-parole du groupe, ajoutant que "chaque situation allait être examinée une par une".

Nestlé-Waters emploie 1.800 salariés sur les sites de Vittel et Contrexéville (Vosges), de source syndicale. Selon la CGT, le recours au CDD était si massif que plusieurs centaines d'entre eux étaient employés simultanément il y a cinq ans.

Posté par xavier_B à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur 54 salariés de Vittel et Contrex attaquent Nestlé pour abus de CDD

    CDD NESTLE

    je fais partie des 54 CDD qui ont déposé un recours auprès des prud'hommes d'EPINAL..j'ai totalisé 328 CONTRATS CDD en 8 ans...j'ai postulé à chaque offre de recrutement interne et j'ai intégré de nombreuses formations (allant de conducteur de chariot élévateur avec informatique embarquée, en passant par conducteur de locos et meme conducteur de flux, poste qui consiste à piloter informatiquement les produits finis depuis leur sortie des chaines de production jusqu'à leur destination finale en stock ou en chargement..j'étais d'ailleurs le seul CDD de l'entreprise formé à ce poste..) et en 8 ans il n'y a pas eu un mois ou je n'ai pas été présent à l'entreprise..en 2006 j'ai travaillé toute l'année, dépassant même le plafond des heures supplémentaires (+de 200 heures dans l'année)..et au final NESTLE ayant eu vent de la révolte de ses CDD a décidé de ne plus faire appel qu'à des intérimaires (en donnant d'ailleurs à l'agence ADECCO la liste des ex-CDD..preuve qu'ils étaient indispensables au bon fonctionnement de la boite..)..évidemment nous étions une main-d'oeuvre idéale, car ne faisant pas grève, ne prenant pas d'arrêt maladie même si nécessaire, n'ayant pas droit à l'erreur ni à l'accident de travail, pas de congés non plus sinon fin de contrat (facile avec des contrats à la semaine ou au jour le jour)...une telle précarité mérite d'être dénoncée..et PUNIE sans aucune complaisance, es MULTINATIONALES NE SONT PAS AU DESSUS DES LOIS....l'affaire sera jugée le 28 avril à 14h00...

    Posté par gilles, 15 mars 2008 à 23:17 | | Répondre
  • TU AS NOTRE SOUTIEN

    En mon nom personnel tu as mon soutien, et je crois que sans préjuger des avis de mes camarades de la LCR Moselle Est, ou de tous nos camarades de la LCR, nous t'apportons tous notre soutien.

    Je connais peu de camarades dans les Vosges, et vu la distance matérielle, il serait difficile (mais pas impossible) d'organiser une action symbolique pour marquer le coup, surtout vu le calendrier actuel.
    Tu connais notre blog, notre mail et notre forum ou tu pourrais intervenir à volonté si tu le souhaites.

    Tes 53 camarades sont également les bienvenus.
    En souhaitant de tes nouvelles (et de celles de tes camarades) je vous souhaite succés dans vos démarches.

    Posté par Xavier LCR, 16 mars 2008 à 00:17 | | Répondre
Nouveau commentaire